Le carnaval d'Eben-Emaël

Le carnaval des Hoûres (terme signifiant personne masquée ou personne sale, dégoûtante) a lieu a Emaël et dans les villages voisins.
La simplicité du déguisement témoigne de son archaïsme. Il aurait été influencé par l'habit des lépreux autrefois qui, lors de leurs sorties, portaient deux vêtements superposés, une cape, ainsi qu'un voile devant le visage.
D'ailleurs, le fait que les Hoûres s'amusent à barbouiller leurs victimes renverrait à l'imitation des plaies de la lèpre.

DSC09441

Le Cwarmê de Malmédy

Le Carnaval de Malmédy démarre les 4 jeudis qui précédent le mardi gras et sont rythmés par des bals et de nombreux cortèges.

Le samedi à 13h : ouverture officielle du Cwarmé avec remise des clés de la ville au "Trouv'lé" (personnage qui personnifie le Carnaval) et sortie de la "Grosse Police" (avec un clabot, une grosse cloche)

DSC09445

DSC09447

Le dimanche à 13h : danse de la haguète et cortège carnavalesque avec 2000 participants travestis réunissant tous les masques traditionnels.

Pierrots & Arlequins sont issus de la Commedia dell'Arte; les pierrots distribuent des oranges et des noix, les   arlequins taquinent le public avec la queue de renard de leur chapeau.

DSC09448

Sotês : gros nains à grosse tête qui sautillent et taquinent les filles avec leurs longs bras.

DSC09451

Longuès brèsses : les longs bras qui décoiffent

Haguètes : depuis le début du 19e siècle, le déguisement comprend un bicorne à plumes d'autruche, une cagoule qui masque le visage et l'aigle bicéphale. La danse des haguètes est célèbre !

DSC09457

Les Chinels de Fosses-la-Ville

Le Chinel porte un costume rembourré de paille à l'avant et à l'arrière affublant ainsi le personnage de deux bosses.

DSC09461

DSC09464

La légende, telle qu'elle est racontée à Fosses :

  Au temps où l'on croyait encore aux fées, vivait à Fosses un gentil petit bossu qui s'occupait de colportage dans la région.
S'étant attardé plus qu'il ne fallait auprès de ses clients, il rentra un soir, très tard. Si tard qu'en passant au lieu-dit "Pont de l'Allou", il assista, interloqué, au sabbat des Sorcières de la forêt. Celles-ci, voulant le récompenser pour sa serviabilité, le débarrassèrent de sa difformité.
Quand le lendemain, un autre bossu de la région, méchant et haineux celui-là, eut vent de la chose, il se rendit dans la forêt à l'heure de minuit. Mal lui en prit. Il en revint affublé d'une seconde bosse, une devant et une derrière.
Carnaval était proche. Les Fossois se moquèrent de lui.

 Ainsi serait né le "Chinel", le roi du carnaval de Fosses.